Description du projet

Accueillir la complexité, par la pratique de la simplicité

Face à un univers de plus en plus complexe, nous sommes attachés à pratiquer la simplicité. Notre réflexion sur le complexe se matérialise toujours avec des outils simples.

Les sujets que nous abordons autour du management, de la stratégie, de l’agilité ou de l’humain sont complexes et pas seulement compliqués. Pour suivre la métaphore donnée par Laloux dans « Reinventing Organizations », notre métier d’accompagnement autour de l’humain s’apparente davantage à prévoir le nombre de pâtes que l’on peut attraper dans une assiette –imprévisible, n’est-ce pas ?- qu’à la construction d’un Boeing 747 –compliqué mais réductible à l’analyse.

Et pourtant, si le système est complexe, nos outils, nos méthodes et nos moyens pour l’appréhender sont compréhensibles et accessibles. Cette pratique de la simplicité est selon nous une condition pour être en contact, accompagner et faire évoluer le complexe. C’est même avec cette simplicité d’action que nous sommes capables de mettre en lumière ce qu’il y a de plus profond et essentiel au sein de nos accompagnements.

La simplicité se pratique comme on pratique un art martial. Il faut beaucoup de temps et d’efforts pour simplifier un outil, un concept, un usage. C’est par des actes quotidiens que notre quête de la simplicité se réalise.

Prenons deux exemples.

Notre accompagnement se veut complet : nous accompagnons une entreprise sur les trois piliers du collectif que sont la vision stratégique, le projet opérationnel et la culture d’entreprise.  Nous schématisons toujours ces trois notions complexes et complémentaires avec un triangle on ne peut plus simple. Avec cette visualisation simple, nous pouvons ensuite expliquer la complexité.

Parlons animation, facilitation ou coaching : en s’adressant directement à l’humain, nous nous devons d’être les plus clairs, compréhensibles et accessibles possibles. C’est en parlant simplement, en expliquant avec clarté, en posant la question juste et pertinente que l’on accède, appréhende et accompagne le complexe.