Il est grand temps de réinventer la démocratie. L’élection d’Emmanuel Macron nous a prouvé que la politique traditionnelle est dépassée. Le manque de leadership criant des vieux partis les a conduits à un échec historique. À tel point que l’on vient à s’interroger : que faire pour redonner son sens à la politique française ?

Chez Fly The Nest, nous aidons les jeunes entreprises à créer des dynamiques engageantes, en renforçant leur collectif. Nous croyons au pouvoir de chacun à prendre en main son destin, et à agir, au service d’une cause. Modestement, nous vous proposons ici notre analyse de la situation.

Les clients que nous accompagnons vivent de profondes transformations. Et ils s’élèvent parce qu’ils savent où ils vont (vision), qui ils sont (valeurs), puis qu’ils s’engagent jusqu’à la réussite de leur projet. J’aime à penser que la France peut faire pareille mue, si nous construisons un cadre commun.

 

Il n’y a plus de Vision de la France

Le fondement de toute volonté d’entreprendre, c’est la vision d’un autre monde. Que l’on se lance dans une œuvre artistique, une association, un parti politique, une startup, un voyage, ou même l’organisation de son mariage, ce que l’on souhaite, c’est que, demain, la vie soit plus belle. C’est la projection qui nous met en mouvement.

Dans le cadre du projet de la France, cette vision se doit d’être complète, large et détaillée. Il faut qu’elle nous parle du monde dans lequel nous nous inscrivons, des enjeux de demain. Emmanuel Macron aura fort à faire pour transformer son programme – une liste de bullet points sans âme – en une vision de la France, qui puisse inspirer chacun de nous, et nous pousser à agir pour transformer notre pays, petit à petit.

Dans un système qui concentre les candidats sur les échéances de leurs mandats, il ne faut pas nous étonner. La France est une organisation avec, à sa tête, une chaise tournante. Alors que chaque citoyen a, dans sa tête, une ambition démesurée et une envie d’agir. Clairement, le système politique actuel n’est plus à la hauteur de nos rêves.

Une Vision de la France serait le point de départ d’un mouvement collectif.

 

Les citoyens veulent faire partie du Projet

Pour s’engager dans un projet, il faut savoir pourquoi on fait les choses. La direction globale, mais aussi le sens de chaque action. Ce qui nous motive et nous embarque, c’est ce que l’on va apporter au monde.

En politique, comme ailleurs, on passe un temps infini à débattre sur les moyens. On compte chaque fonctionnaire à supprimer, au lieu de réfléchir à la place de la fonction publique dans l’économie. On pinaille sur chaque demi-point d’impôts ou de PIB, sans questionner la pertinence de ces indicateurs.

Au service de quoi ? En l’absence de résultats attendus, les débats de moyens deviennent rapidement des oppositions de principe… Entre ça, les intox et les affaires, le temps pour le débat démocratique et pertinent se réduit comme peau de chagrin. Comment s’étonner que les Français s’en désintéressent ?

Nos députés eux-mêmes s’investissent peu dans la machine politique. Leur absentéisme à l’Assemblée en témoigne… Le système n’est aujourd’hui pas capable de créer un engagement durable.

Faire que la France soit réellement notre projet n’est pas chose aisée. L’engagement concret des citoyens est trop rare – un vote par-ci, un vote par-là, et des interactions limitées et souvent frustrantes avec les services publics. Pour redonner le goût du politique, il va falloir trouver une place à ceux qui souhaitent agir, et servir notre pays…

 

La coopération prend sa source au cœur de notre Culture

Le rôle de la politique, c’est de nous faire vivre ensemble. Nous tous, individualités apparemment incompatibles, aux histoires et aux rêves si différents. Si une Vision et un Projet pour la France sont nécessaire à refonder notre politique, comment les construire, afin qu’ils nous correspondent à tous ? En allant chercher aux racines de notre identité.

L’identité de notre pays, ce sont nos valeurs. Comme dans toute culture, elles en sont le fondement. Et je parle de celles de notre démocratie. Liberté. Égalité. Fraternité. Trois concepts complexes, et si rarement incarnés par nos politiques.

Ceux qui font de ces valeurs un discours de haine et de repli n’ont rien compris. Par essence, une valeur est une force positive, non contrainte par la peur. Les valeurs sont mêmes des guides à l’action individuelle et collective, alors pourquoi pas à l’action publique ?

Les choix du gouvernement devraient plus souvent trouver racine dans nos valeurs. Par exemple, le refus de s’engager en Irak (liberté), le mariage pour tous (égalité) ou la création de la Sécurité Sociale (fraternité) sont autant de décisions cohérentes avec notre identité, notre socle moral.

Si nos valeurs nationales s’incarnaient dans des lois, des décrets, des ministères, des prises de position internationales… alors, notre culture pourrait se refonder publiquement, et de manière collective.

 

Plus qu’En Marche, mettons-nous en action !

Il est temps de se mettre en action. Demandons à notre Président de prendre du recul, et de se concentrer sur une vision inspirante. Profitons du renouvellement de l’Assemblée pour élire des députés engagés, qui sauront nous remettre au cœur du dispositif. Et de la sphère personnelle à la sphère politique, incarnons les valeurs de la France.

À la fin de la journée, le seul à pouvoir agir, c’est vous. On veut vous faire croire que la politique est réservée à une élite, mais c’est faux. Chacun, au quotidien, est acteur de la transformation de la France. Rejoignez une association, formez-vous, montez une boite, indignez-vous, résistez…

Pour conclure, et cela est valable pour chacun de vous, je citerais Francis Blanche : « Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement ». À vous d’y réfléchir 😉

Erwann Rozier