Les entrepreneurs veulent réussir, mais pas à n’importe quel prix !

//Les entrepreneurs veulent réussir, mais pas à n’importe quel prix !

Les entrepreneurs veulent réussir, mais pas à n’importe quel prix !

 

Depuis plus de deux ans, nous accompagnons de jeunes entreprises dans la formalisation de leurs valeurs. La collecte et l’analyse de leurs productions nous apprennent des choses intéressantes sur l’état de l’entrepreneuriat français…

L’innovation et l’ambition sont les plus gros driver des entrepreneurs inclus dans cette étude. Et cela n’est guère étonnant ; le mot start-up contient en lui-même la naissance de quelque chose de nouveau (start) et sa réussite (up).

Ce qui est plus surprenant, ce sont les valeurs qui arrivent juste derrière, et qui sont bien plus honnêtes que l’on voudrait nous faire croire ! Les startupers français ne sont pas tous comme Travis Kalanick, Über-founder célèbre pour ses frasques…

Dans cet article, retrouvez notre démarche analytique, et les résultats détaillés.

 

1/ Périmètre de l’étude

Si le management par les valeurs est de plus en plus commun, il nous semble tout de même opportun d’en préciser la définition. Les valeurs sont des verbalisations d’une culture d’entreprise. Elles s’érigent en règles comportementales, pour guider les actions et les décisions de chaque collaborateur.

 

 

Les célèbres valeurs de BlaBlaCar, piliers de leur exceptionnelle culture

Une bonne valeur d’entreprise, c’est donc une phrase simple, plutôt qu’un mot creux, qui décrit ce qu’on valorise dans votre organisation. Rappelez-vous qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises valeurs. Elles dépendent de chaque environnement, de chaque équipe.

Pour ceux qui souhaitent creuser le sujet, vous pouvez parcourir cet article de votre serviteur, vous plonger dans le guide du Gallion Project, ou dévorer la bible écrite par Tony Hsieh.

Avec nous, plus de cinquante organisations ont fait émerger leurs valeurs. Ce sont majoritairement des startups, auquelles nous avons ajouté quelques acteurs majeurs de l’écosystème (trois incubateurs, un fonds d’investissement et une agence de développement mobile pour startup). Allez-voir sur notre site pour la liste détaillée.

 

2/ Méthode de comparaison

Pour confronter les valeurs de nos clients, nous avons utilisé la roue de Schwartz. Pendant des années, Shalom Schwartz a interviewé des milliers de personnes, dans des dizaines de pays… Tout ça pour en conclure que les valeurs humaines sont un continuum, et qu’il est possible de les classer parmi 10 grandes catégories ! En voilà une présentation succincte :

  • Autonomie : vise à être capable d’agir et de penser par soi-même
  • Universalisme : recherche l’ouverture au monde dans son ensemble
  • Bienveillance : essaye de faire le bien, en protégeant et soutenant autrui
  • Conformité : respecte les règles du jeu et de la bienséance
  • Continuité : souhaite que les choses restent telles qu’elles sont (tradition)
  • Sécurité : cherche à rester entier, en vie, en bonne santé…
  • Pouvoir : veut être en maitrise de ses ressources, son image, son entourage
  • Réussite : ambitionne de gagner, en se réalisant aux yeux des autres
  • Plaisir : convoite la satisfaction des sens et des humeurs
  • Stimulation : exalte les choses de l’esprit, en sollicitant son intellect

Une version plus détaillée de la roue de Schwarz est disponible en ligne, avec un questionnaire pour vous y placer.

 

3/ La conclusion est la suivante :

Une fois les valeurs de nos clients réparties dans chaque décile de la roue de Schwartz, nous avons pu apprécier un résultat logique, mais aussi rassurant. Non, les startupers ne sont pas des requins sans foi ni loi !

Comme nous le disions en introduction, les deux catégories de valeurs les plus fréquentes sont Réussite (39 occurrences) et Stimulation (33). Qu’est-ce qui pousse avant tout à l’entrepreneuriat ? L’envie de créer quelque chose qui marche. Pas de surprise donc, l’entrepreneur de notre étude est là pour innover.

Quelques exemples de Réussite : Visons le plus fort impact (NUMA) ; All in or nothing (Captain Contrat) ; Let’s be tigers, not cat (Skinjay)

Quelques exemples de Stimulation : On est là pour apprendre (Smiirl) ; Rethink & crack it (Coorpacademy) ; Laugh or Leave (Backmarket)

En embuscade, la Bienveillance (26) et la Conformité (25) se font entendre. Le startuper moyen est d’abord un team player, avide de stabilité émotionnelle. Pour avoir vécu de nombreux environnements de travail, je peux vous dire que la startup est rarement l’enfer qu’on vous décrit… On y est plutôt sympa et poli ^^

Quelques exemples de Bienveillance : Bienveillance est mère de confiance et de sérénité (microDON) ; Value uniqueness, express empathy (Content Square)

Quelques exemples de Conformité : Dis ce que tu fais, et fais ce que tu dis (Cap Horn Invest) ; Sincerity builds trust (Julie Desk)

Triompher, oui ! Mais pas à n’importe quel prix. Belle philosophie qui se dégage ici, mais comment concilier ces valeurs avec les premières ? L’intérêt des valeurs se cachent justement dans ces antagonismes. Petit conseil aux fondateurs intéressés : profitez des conflits entre valeurs pour mieux comprendre vos comportements. Documentez-les, et soyez transparents. Et n’oubliez surtout pas que vos valeurs doivent s’appliquer à tous, du plus haut au plus bas de la hiérarchie.

Les valeurs du troisième peloton sont variées : Plaisir (21), Autonomie (17) et Universalisme (17). Elles ne sont pas négligeables, et expriment plutôt des envies ou des préférences que des moteurs fondamentaux.

Un exemple de Plaisir, Autonomie et Universalisme : Être une team conviviale pour un réveil animal (Les talents d’Alphonse) ; Get rid of the box (Sensecube) ; L’ego n’est pas la brique (Urban Gaming)

Durant ces trois années chez Fly The Nest, nous avons pu observer des dizaines et des dizaines d’équipes à l’œuvre. De toutes ces cultures si différentes émergent tout de même certaines similarités, que nous avons partagées avec vous, et avec plaisir.

 

En conclusion, voilà comment je décrirais les entrepreneurs que nous avons accompagnés :ni complètement tournés vers eux, ni tout à fait ouverts au monde, ils préfèrent se focaliser sur leur tribu, car elle est nécessaire à la réussite de leurs stimulants projets.

Ne prenez pas cette étude trop au sérieux, elle n’est qu’une interprétation des entreprises qui ont choisi de travailler avec nous. Et si elle vous a plu, likez notre page ou suivez notre blog: nous vous en partagerons des mises à jour, au fur et à mesure de notre croissance 😉

À très vite…

Erwann Rozier

By | 2018-03-28T17:12:42+00:00 février 14th, 2018|Non classé|0 commentaire

About the Author:

Laisser un commentaire