Et si on s’inspirait du mariage et de ses bonnes pratiques, pour que la flamme entre vous et vos associés dure ?

Vous avez eu une super idée ? Ou vous venez d’être séduit pour rejoindre un projet ? Bravo ! Vous êtes maintenant deux ou trois associés, prêts à remuer ciel et terre ? Bref, vous vous êtes dits : oui ! Et maintenant, il se passe quoi ?

Vous avez fait votre premier MVP. Votre produit fonctionne et vos carnets de commandes se remplissent. Bravo ! Vous êtes maintenant huit ou dix employés et vous vous sentez prêt à grossir ? Bref, vous vous portez bien ! Et maintenant, il se passe quoi ?

Vous avez un business model prouvé ou rentable. Vous vous entendez à merveille avec votre associé. « Ça dégouline d’amour, C’est beau mais c’est insupportable » comme dirait Anaïs dans sa chanson.  Votre challenge maintenant, c’est que ça dure entre vous, jusqu’à ce que la mort vous sépare !

 

Souvenez-vous toujours quand votre cœur à fait « boum boum » en l’embrassant la première fois.

Vous n’êtes pas du genre à rouler des patins à votre associé ? Alors souvenez-vous de la première fois que vous vous êtes dit « oui », pour monter ensemble votre projet. L’excitation de se dire que vous alliez révolutionner le monde grâce à vos jardinières connectées, ou à votre site de rencontre pour fan de chat.

Ce souvenir est précieux. Gardez-le. Surtout pour les coups durs à venir. Un petit conseil, écrivez-le ! Comme une lettre d’amour, racontez à l’autre pourquoi vous avez décidé de vous associer. Chacun dans son coin, avec ses propres mots. Prenez le temps de faire cette lettre. Echangez là ensuite. Lisez là et gardez là précieusement. Vous pouvez aussi vous l’envoyer dans le temps grâce à box temporis (intra-preneur que nous avons accompagné dans le cadre de 20 projets pour 2020 avec le Groupe LA POSTE).

 

Ne cassez jamais une assiette.

Parler n’est pas facile pour tout le monde. On fait tous l’erreur de parler comme on aimerait que l’on nous parle. Or, chacun est différent ; apprenez à connaître le « langage » de l’autre pour mieux échanger. Sur internet vous pouvez trouver de nombreux sites pour savoir si vous êtes plutôt auditif, visuel, kinesthésique ou autre ! Ce type de test peut être le début d’une réflexion pour mieux vous connaître et pour échanger avec votre associé.

Il faut aussi savoir écouter l’autre efficacement grâce à des bonnes conditions. Un petit conseil si vous avez besoin de discuter de quelque chose qui vous chagrine : trouvez une zone neutre pour le faire. Ne restez pas au bureau ou n’allez pas chez l’un ou chez l’autre. Choisissez plutôt un parc ou un café au calme.

Trouvez aussi des moments de qualité avec votre associé. Lorsque vous passez de 2 à 15 collaborateurs, puis à 20, puis à … il est parfois difficile de se consacrer du temps. N’oubliez pas que parfois, vos employés vous ont rejoint pour vous, et pas uniquement pour votre projet. Par exemple, la confidence d’un employé lors d’un séminaire me vient à l’esprit : il m’a avoué qu’il avait rejoint cette startup pour les fondateurs avant tout, car ils étaient inspirant, dynamique et qu’à leur côté il savait qu’il allait beaucoup apprendre. Alors comme Papa et Maman, on ne s’engueule pas devant les enfants et on se regarde avec des cœurs dans les yeux.

 

« Après la pluie, le beau temps »

« Nous avons trop souvent peur du conflit. Nous nous méfions tellement des conflits inspirés par l’égo que nous en oublions de nous engager dans les conflits qui ont leur source dans l’âme » dit Frédéric Laloux dans « Reinventing Organizations ».

Il y a une petite pluie entre vous. Ce n’est pas grave. Réfléchissez ensemble à comment vous souhaitez réparer le toit et éviter que la maison ne soit inondée. Vous pouvez vous appuyer, par exemple, sur les valeurs de votre entreprise, si elles ont été construites avec toute l’équipe. Une joute verbale seule n’est pas très constructive : en revanche, il est important d’exprimer ses désaccords, surtout avant qu’une petite goute ne fasse déborder le vase ! Ne vous transformez pas en Godzilla, ou en Hulk, et rappelez vous de l’estime que vous portez à l’autre.

Pour que le soleil soit au beau fixe et pour repartir du bon pied ensemble, pardonnez ! Attention, nous n’avons pas tous la même temporalité dans le « pardon ». Certaines personnes peuvent quitter la pièce et oublier le différent qu’il y a eu (#poissonrouge), d’autres auront besoin de digérer la tension pendant quelques jours, voire quelques semaines.

 

 

Les 5 languages de l’amour ou comment s’accorder ensemble !

Vous connaissez peut-être Gary Chapman et son livre sur les 5 languages de l’amour. Sinon, voici un résumé.

Nous sommes tous plus ou moins sensibles à l’un des langages suivants :

  1. Moments de qualité : consacrez-vous à 100% à l’autre (sans distraction externe, on évite le téléphone sur la table). Attention, toutefois, à la notion de temps passé qui peut être différente pour chacun.
  2. Paroles valorisantes (et sincère),
  3. Cadeaux (petites intentions, rechercher le petit plus qui fait plaisir, fabriquer soi même le présent est plus qu’impactant)
  4. Services rendus,
  5. Gestes de tendresse, tout en faisant attention à la mauvaise perception des signes (on évitera de faire des papouilles à tout le monde).

Savoir quel langage vous caractérise le plus, et comprendre celui de votre associé est crucial ! En sachant cela, vous pouvez donner et recevoir.

Imaginez ainsi que pour vous, le langage le plus important soit « cadeaux » : vous passez votre temps à ramener des souvenirs à votre coéquipier de vos différents week-ends. Si pour lui, son langage est « services rendus », il risque de ne pas être touché par vos attentions, car il attendra plutôt que vous l’aidiez à finaliser son power point pour vos investisseurs. Vous risquez d’être déçu par l’effet non produit de vos présents… mais vous n’avez juste pas le même langage et il faut simplement s’accorder !

 

 

L’impact de la famille

Nous avons tous reçu une éducation différente. Certains reproduisent des schémas qu’ils ont vécus, d’autres au contraire souhaitent être en totale opposition à leur passé. Dans le deuxième cas, il faut comprendre pourquoi et surtout comprendre lorsqu’il y a eu des blessures. Par conséquent, lorsque l’on manage des équipes, il est important de se remémorer le positif et le négatif lorsque nous-même avons été managés afin de ne pas reproduire des schémas improductifs.

Dans mon cas, en sept ans de carrière, j’ai eu « seulement » 10 managers ! Et en sept ans, j’ai eu le sentiment que seul l’un de mes 10 managers m’a fait grandir, tout en me laissant suffisamment d’autonomie pour mener à bien mes missions. En revanche, pour les neufs autres, j’ai pris le parti d’entrer en désaccord avec eux : les objectifs que l’on me donnait étaient imposés, non justifiés, on ne laissait pas la place à la créativité, mais plutôt au micro-management.

Par la suite, ayant eu à endosser le rôle de manager, j’ai essayé de faire différemment, même s’il m’a fallu un peu de temps pour y arriver et que certains de mes premiers stagiaires ont un peu souffert (#désolélesmecs ; #jevousaime).

De notre éducation peut aussi découler la structure hiérarchique de notre startup : presque 100% de nos parents ont travaillé dans une entreprise à organisation pyramidale.

Pour votre startup, souhaitez-vous reproduire ce schéma ou au contraire, vous penchez vers l’auto-gouvernance ?

Par exemple, un startup que Fly The Nest a accompagné a déjà 4 couches de management pour 30 salariés ; à l’exact opposé, la société One Point  a 3 niveaux hiérarchiques pour 2 000 salariés ! Quel est le meilleur modèle ? La réponse se trouve à la fois dans votre chaine de valeur et dans votre culture.

Pour la réussite de votre projet, la communication est le socle. Posez les bons fondements et prenez du temps pour l’autre. Apprenez à communiquer, et surtout à écouter. Sachez désamorcer et résoudre des conflits. Repartez du bon pied, en sachant pardonner et mettre votre égo de côté. Apprenez de vos erreurs et avancez. Aimez-vous #coeuraveclesdoigts !

Aurélie Topor Garancher

 

Merci pour votre lecture. Chez Fly The Nest, nous sommes convaincus que les équipes sont les mieux placées pour sortir des idées ingénieuses qui répondront aux défis de l’entreprise. Elles ont juste besoin qu’on les aide à s’organiser, à communiquer, à construire leurs étapes de transformation. Entre fondateurs, vous devez impulser la vision, la culture et le projet de votre entreprise.