Chers amis du CoMex, vous le savez bien, la relation aux startups est complexe. Pendant des années, vous avez pu prendre de haut des projets qui vous paraissaient insignifiants… Désormais, la pression est sur vous. Les menaces d’ubérisation sont constantes, et les commentateurs crient au loup.

Il faut avouer que vous ne comprenez guère ces startups aux codes si différents, et aux réussites si fulgurantes. L’inconnu génère méfiance, moqueries, mépris, ou rejet. Les nouveaux entrants sont toujours considérés avec circonspection.

Or, ce qui vous attend, ce n’est pas une disparition, mais une adaptation nécessaire. La pérennité de notre économie – et de vos entreprises – en dépend ! Il vous faut donc essayez de copier ce qui fait le succès des grands du digital. Sans cela, pas de transition numérique… Il est temps de dépasser les postures et l’attentisme.

Prenez les startups au sérieux

La plupart des grands groupes n’interagissent avec des startups que dans une optique de communication. De ces équipes jeunes et dynamiques, on ne retient que la « coolitude », qui servira à merveille notre marque employeur. Regardez, nous aussi, on sort du cadre, on joue au baby, et on se goinfre de pizzas gratuites !

Des safaris startups pour donner des cacahuètes aux startupeurs, des hackathons en travaillant jusqu’au bout de la nuit, des fab lab pour que ses employés bricolent, des concours sans projet ni suivi … Toutes ses initiatives n’ont qu’un but : montrer que vous êtes le Directeur le plus à la page de votre Comité. La plupart des programmes de transformation digitaux sont ainsi : ils ne vont pas au fond des choses.

À force de ne plus essayer, ne vous étonnez pas de n’être plus capable de mobiliser sur un idéal. La révolution entrepreneuriale vous passe sous le nez, avec tout ce qu’elle charrie de rêves d’avenir, et vous en faites une publicité.

Quand une startup s’intéresse à un grand groupe, elle y met toute son âme, et toute son énergie. Souvent, en face, ça manque de répondant. Les bons interlocuteurs sont difficiles à identifier, à mobiliser. On y croit un peu, mais pas vraiment.

Ce qui tue les projets communs, entre startups et grands groupes, c’est avant tout l’absence d’objectif commun, au-delà des objectifs individuels divergents. Cela peut paraître basique, mais un projet industriel entre deux entreprises ne fonctionne que s’il répond à un réel besoin !

Une fois cette cible établie, il est important que vous sachiez vous mettre au rythme de la startup. Aujourd’hui encore, trop de grands groupes tuent des startups en leur imposant leur lenteur. Profitez de l’opportunité pour apprendre des méthodologies projets efficaces, où un réel suivi permet notamment de payer dans les temps.

Vous n’êtes plus en position de force : acceptez-le

Pendant des années, vous avez pu prendre de haut tous ces gamins qui géraient moins de 100 personnes, et seulement quelques millions d’euros. Pourtant, ils excellent désormais dans ce nouveau monde, et commencent à marcher sur vos plates-bandes…

Dès la sortie des écoles, les startups attirent les talents que vous convoitiez, et qui seraient venus chez vous il y a seulement cinq ans. Même vos cadres vous quittent, pour l’aventure pleine de sens que vous n’avez pas su leur procurer… Votre image se dégrade à toute vitesse, et vous peinez à réagir.

Il faut avouer que sur le terrain de la vitesse, les startups ont aussi une longueur d’avance. Combien de temps vous faut-il pour organiser une réunion, pour prendre une décision stratégique ? Combien d’argent et d’énergie pour sortir une première version d’un produit innovant ? Alors que vous hésitez encore sur la bonne manière de faire, les startups sont désormais les reines du MVP, de l’essai et de l’erreur.

Et si, finalement, vous vous décidez à chercher des startups avec qui travailler, vous allez vite vous rendre compte qu’elles sont sur-sollicitées. Entre les multiples concours et autres hackathons évoqués plus haut, les entreprises étrangères parfois plus réactives, et les financements désormais nombreux à disposition des startups, elles n’ont plus besoin de vous !

Alors, comment faire pour lancer et construire de réels projets entre startups et grand groupes ?

Une grande société et des startups s’associent pour proposer une solution

Avant de vous en parler, toutes ces difficultés, nous les avons éprouvées nous-mêmes. En quelques mois, nous avons monté Opération Startup. Avec ces questions au cœur de notre réflexion. Comment assurer un matching entre les startups et les grands groupes, en respectant cette inversion de rapport de force ? Comment dépasser l’opération de communication, et initier des projets de valeur ?

Nous avons voulu proposer un regard ludique sur cette problématique épineuse. Les grands groupes se disputent désormais les startups, alors pourquoi ne pas les mettre aux enchères ? Sur scène, les entrepreneurs décrivent leur projet, et ce qu’ils recherchent. À vous, dirigeants de grands groupes, de les prendre au sérieux, en débloquant dès le démarrage une somme certaine.

Qu’est ce vous y gagnez ? Un projet concret, un POC, un test de deux mois, un premier essai avec cette startup. Tout sera mis en œuvre pour que cette expérience soit pleine et entière (notamment en sélectionnant des startups assez matures pour travailler avec vous). La réussite n’est pas garantie, mais la vitesse d’exécution, oui ! Si l’on doit échouer, alors autant le faire rapidement.

Le changement se vit par l’expérimentation concrète. Tout ce que pouvez imaginer pour faire évoluer votre culture ne sera jamais aussi efficace que l’apprentissage dans le réel ! C’est pourquoi nous proposons un accompagnement serré, qui transformera votre projet en expérience de vie professionnelle, dont vos collaborateurs et votre entreprise se rappelleront longtemps…

Opération Startup est le produit conjoint d’une ETI, d’une PME, d’une TPE, et d’un individu. Travaillant à armes égales, dans le respect, nous sommes fiers de cette collaboration. Si vous voulez vivre une telle expérience, inscrivez-vous !

Notre premier événement aura lieu en Septembre, autour du thème « Misez sur la meilleure startup data ». On vous attend nombreux 😉

Qui sommes-nous ?

Agorize garantit la qualité du sourcing international. Cette startup en hyper croissance a fait de l’open innovation sa marque de fabrique.

Côté grands groupes et événementiel, Aubry Hanrion, organisateur du Trophée des Services, et co-fondateur de WikiPME, nous apporte son expertise.

L’accompagnement du projet et l’alignement des parties prenantes sera assuré par Fly The Nest. Son cœur de métier : l’engagement des collaborateurs en startup.

Enfin, OnePoint, acteur majeur de la transformation digital, facilitera l’intégration de la solution de la startup dans le SI du grand groupe.

Julien Beaumont & Erwann Rozier